Introduction

Qu'est-ce que le chômage ?

Le chômage est une période d’inactivité professionnelle. Celle-ci fait suite à un renvoi ou une démission. Le chômage a une durée variable, se terminant à la signature d’un nouveau contrat de travail.

Les différents types de chômage

Il existe plusieurs sortes de chômage

  • Le chômage conjoncturel : Il est la conséquence de la baisse de l’activité économique d’un pays.
  • Le chômage structurel : Le personnel se retrouve au chômage lorsque l’entreprise propose des emplois différents (formation, expérience, salaires) à sa masse salariale. On rencontre cette situation dans le cadre d’une délocalisation d’entreprise.
  • Le chômage technologique : L’entreprise se procure des outils de travail pour augmenter sa productivité. Elle va réduire son personnel car celui-ci n’a pas les connaissances requises ou bien lorsque les performances de la machine permettent de réaliser le travail de plusieurs collaborateurs.
  • Le chômage frictionnel : Le salarié décidé de démissionner (ou de se faire licencier à l’amiable) de son poste actuel pour un poste avec une meilleure rémunération, mieux situé géographiquement, etc.
  • Le chômage d'inadéquation : On arrive à ce type de chômage quand le marché du travail offre des postes ne correspondant pas aux compétences des demandeurs d’emploi.
  • Le chômage technique : Il est la conséquence d’une baisse d’activité momentanée où une partie, ou l’ensemble du personnel est en stand-by.

Statistiques du chômage en Europe francophone

Voici un tableau reprenant l’évolution du taux de chômage dans les pays européens francophones :

On constate que les quatre pays ont tous un taux de chômage inférieur à 10%. On note également que si la tendance est en baisse constante en France et en Belgique, la situation de la Suisse est variable. Cependant, elle arrive à maintenir un score extrêmement bas depuis 2018. A la traîne, la France observe une baisse de 0.6 point de pourcentage sur deux ans tandis que la Belgique observe une baisse de quasiment 1 point de pourcentage. Cette année, le Luxembourg retourne quant à lui à son taux de chômage de 2018, après avoir baissé de 0.2 point en 2019.

Nouveautés et lois depuis 2020

Dans leur volonté de lutter activement contre le chômage, les pays européens francophones ont revu leur façon d’indemniser et d’accompagner les demandeurs d’emploi. Si la France se montre plutôt virulente avec de nombreuses réformes , la Belgique a plutôt mis l’accent sur le chômage des seniors et la revalorisation du salaire de référence.

Les Classes d'âge et le chômage

On distingue trois tranches d’âge de demandeurs d’emploi :

  • Les 15-24 ans (les jeunes)
  • Les 25-49 ans
  • Les 50 et + également appelés seniors

Situation de ces catégories en fin 2019 - début 2020

Les pays européens francophones connaissent des variations différentes sur leur taux de chômage général, mais aussi sur le taux de chômage par catégorie.

  • France :  Si son taux de chômage est en baisse, la France reste en difficulté en ce qui concerne le chômage des jeunes. En effet, celui-ci atteint les 20% contre 7.4% pour les 25-49 ans et 5.8% pour les seniors. Ces deux catégories sont en baisse par rapport à 2018. 
  • Suisse : on note pour la Suisse une baisse du taux de chômage pour les jeunes et les seniors en 2019. La première passe de 2.5% à 2.2% et la seconde enregistre une baisse de 0.2% pour se retrouver elle aussi à 2.2%
  • Belgique : Même si elle reste la plus élevée (13.7%), la catégorie des jeunes demandeurs d’emploi belges  est en baisse . La catégorie des 25-49 ans reste stable à 5.1% tandis que les la tranche des seniors est en baisse avec 3.7%.
  • Luxembourg  : Toutes les classes de demandeurs d’emploi sont en hausse. Avec respectivement 12.9% et 12.7%, les moins de 30 ans et les 30-44 ans sont touchés de plein fouet par le chômage. Les seniors enregistrent une hausse plus mesurée, avec 4.1%

Quelles Conséquences

Quelles sont conséquences du chômage sur soi ?

« On n’est plus obligé de se lever de bonne heure, mais on n’est pas en vacances ! Alors, où sommes-nous !? »

- On est en pleine collision. On est choqué, désorienté, en perte de repères. Les doutes arrivent et la vie au jour le jour devient inconfortable.

Les trois conséquences principales du chômage sont : 

  • Financier : Baisse du pouvoir d’achat, risque de découvert à la banque et endettement du ménage.
  • Rupture sociale : La diminution du train de vie comme les loisirs et les achats plaisir sont les premiers postes à être sacrifiés. La limitation des activités sociales pour des raisons financières, peut induire une impression d’exclusion, pouvant elle-même faire naître un sentiment d’infériorité. Aussi, peuvent apparaitre des tensions au sein des familles dues au manque d’argent, mais aussi au stress que subit le chômeur.
  • Santé : Le stress peut quant à lui impacter l’état physique et moral. L’état de santé d’une personne en recherche d’emploi peut être soumis à rude épreuve, et l’état psychologique ne peut que se détériorer au fur et à mesure du temps de chômage. Il est donc très important, avant que la situation ne s’aggrave, de demander de l’aide sans hésitation et sans attendre.

Comment aborder la période de chômage sans procrastiner ?

Se faire licencier est un événement choquant, et rester positif est un atout essentiel pour réussir à sortir de cette situation. Ce qui est nécessaire en de telles circonstances :

  • Être honnête face à la situation
  • Clôturer les projets et engagements contre-productifs
  • Identifier ses objectifs professionnels
  • Avancer vers son but avec l’esprit libre et focalisé

Se maintenir à flot durant cette période peut être une épreuve. Pour rester efficace dans ses recherches d’emploi, il importe également de faire attention à soi :

  • Le rythme de vie 
  • L’alimentation saine
  • L’activité sportive
  • Sa bonne image
  • La qualité du lien social

Par exemple : En vous engageant dans une activité de bénévolat, vous vous sentirez utile et maintiendrez un lien social.

Les aides disponibles pour se sortir du chômage (en mars 2020)

France : Même si elle se montre exigeante envers les demandeurs d’emploi avec un suivi régulier de la recherche d’emploi, la France a tout de même mis en place plusieurs aides afin de se sortir du chômage. Cela va de l’ARE  à l’ASS  pour les chômeurs en fin de droit en passant par l’ACRE pour les créateurs d’entreprise. Il y a aussi les créations de contrats aidés pour réinsérer les chômeurs de longue durée.

Belgique : L’attribution de l’indemnité chômage se fait dans trois cas de figure : 

  • Suite à un licenciement après 2 à 4 ans de travail
  • Suite à une rupture de contrat et que le demandeur a déjà perçu des allocations dans les trois dernières années. 
  • En sortant des études : le demandeur d’emploi de moins de 25 ans perçoit un revenu d’insertion mais il doit faire un stage en milieu professionnel pour prouver sa bonne foi.

Pour ceux qui souhaitent créer leur emploi, il existe un accompagnement personnalisé avec des modules de gestion d’entreprise, des aides financières et un statut d’entrepreneur devenant effectif après une période d’essai. 

Suisse : Comme dans tous les pays européens francophones, le demandeur d’emploi a le droit à une assurance chômage sur un certain délai. Cependant, on note que le salaire de référence doit obligatoirement être supérieur à 500 Francs suisses. Durant sa période de chômage, le candidat est tenu de suivre certaines mesures mises en place par l’ORP pour montrer sa bonne foi en matière de recherche d’emploi. Enfin, il peut se tourner aussi vers les associations d’insertion pour pallier ses difficultés de retour à l’emploi. 

Luxembourg : Tout comme en France, les chômeurs ont droit à une indemnisation chômage qui correspond à 80% du dernier salaire. Il faut aussi avoir travaillé 6 mois sur l’année pour y prétendre. Si le demandeur d’emploi retrouve rapidement un emploi avec un salaire inférieur perçu lors de son précédent poste, il peut demander l’aide au réemploi qui va lui permettre de retrouver 90% de son précédent salaire et ce, pendant 4 ans.

Mieux vivre le chômage

Le chômage est une période inconfortable sur le plan personnel et financier. Il nous est demandé de toujours être en alerte et positif pour maximiser nos chances de capter l’attention du recruteur, le tout dans un temps délimité par l’indemnisation chômage.

Si concevoir un CV au top et une lettre de motivation convaincante est la première étape décisive dans cette démarche, les demandeurs d’emploi se retrouvent confrontés à la diversité des méthodes et des conseils venant d’organismes, du net ou de coachs pour gérer cette période. A travers des articles ludiques, des formations et des consultations onlines, Amelium vous fait bénéficier d’une aide personnalisée et de conseils applicables dès le premier jour.

Ainsi, mon boulot est de vous aider à retrouver du boulot !

Il est particulièrement important de demander de l’aide avant que la situation ne s’aggrave. Lois Gaudibert, chercheur en motivation, a mis au point une boîte à outils, Amelium, pour vous accompagner sur votre chemin du retour à l’emploi.

Amelium offre des outils qui s’adaptent à vous, vous apportent une nouvelle motivation et des actions concrètes à accomplir. 

Vos atouts et vos compétences se verront avec force en suivant ces 4 étapes :

  • Comment retravailler son CV pour rebondir 
  • Comment préparer sa routine journalière et ne pas se laisser aller
  • Comment gérer son stress et rester positif
  • Comment rester attentif à sa santé

Prenez rendez-vous pour une session en direct de 50 min. où nous allons voir ensemble comment propulser votre CV pour qu'il se remarque immédiatement. 

Je veux prendre rendez-vous